Atelier impression avec Cathy Blayo

LinoLino, linogravure et créations à partir d'impressions artisanales | Chambéry, France | Atelier impression à la médiathèque de Pontcharra

Le 10 mai dernier, j'ai participé à un atelier impression à la médiathèque de Pontcharra, avec ma fille Maïa (12 ans).

Il était animé par une amie, Cathy Blayo. Artiste plasticienne et graveuse, elle a laissé tomber son métier d'institutrice pour se consacrer à son art, et elle se spécialise dans l'animation d'ateliers - c'est elle, par exemple, qui a animé l'atelier impression du festival File Dans Ta Chamb l'année dernière, sur le thème du cirque.

Cette fois, elle a choisi le thème du Koinobori. Mais si, vous connaissez ! Ce sont ces poissons hissés à un mât par les Japonais, à l'occasion de la fête des garçons, le 5 mai. Bon, la fête des garçons, c'est un peu sexiste ; certains la transforment donc en "fête des enfants". Mais à la base, les familles hissaient un ou poissons au-dessus de leur maison pour exhiber leur fierté d'avoir engendré un ou plusieurs mâles ! Mais passons...

Si on met de côté le symbole, les koinoboris sont de beaux objets de déco, très graphiques ; et notre amie Cathy a été bien inspirée en gravant deux grandes plaques de linoléum, plus quelques petites pour les nageoires et des tampons pour les décorer.

On encrait une plaque en rouge ou l'autre en bleu, on imprimait (à la presse) notre poisson sur du papier prédécoupé, on le décorait en tamponnant quelques motifs à la main, puis on collait les nageoires, on repliait le papier sur lui-même, avec un fil de fer pour l'arrondir au niveau de la bouche. Trois ficelles pour l'attacher, et le tour était joué ! 

Détails techniques intéressants : les grandes plaques de linoléum ont tendance à s'étirer en longueur sous la pression de la presse (de la marque Presses de Chartreuse, comme la mienne, juste le modèle un peu plus petit). Cathy les a donc collées sur de l'isorel, pour éviter la déformation. L'isorel a été récupéré à l'arrière de vieux cadres, et le PVC transparent du cadre sert de plaque pour l'encrage ! Malin !

Elle en a également profité pour placer sur le même isorel des morceaux de lino, servant de cadre à nos plaques encrées, et de support au rouleau de la presse pour qu'il soit au bon niveau (sans cela, ces petites presses "patinent").

Maïa et moi sommes reparties avec nos beaux koinoboris , qui trônent maintenant dans le salon. Merci Cathy !

Si vous souhaitez organiser un atelier près de chez vous, vous pouvez contacter Cathy au 06.37.88.80.10 ou cathy.blayo@laposte.net.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *